Skip to content

Une canne à l'épreuve des baby tarpons.

Par PAUL ET MATHILDE, le 8 octobre 2019

Comme le dit Stéphane Charles dans un récent article, Major Craft propose une gamme Benkei FLE complète et qualitative. Nous avons eu la chance d’essayer la version BIS-66MH/FLE (7-28g). Mathilde s’est déjà sortie d’un combat nerveux contre un joli barracuda. Quoi de mieux maintenant qu’une épreuve de puissance contre un tarpon pour mettre un peu plus cette canne à l’épreuve ? Voici deux petits récits.

ACTE 1

Ce matin après un rendez-vous en ville, nous nous arrêtons dans un petit port de pêche histoire de voir si nos amis les tarpons sont d’humeur joueuse. Pour être plus mobiles, nous avons fait une petite sélection de matériel. Quelques leurres Keitech, des Jackson et nos deux cannes Benkei 66MH.
Les poissons sont bien là, ça « roule » dans tous les coins ! Nous nous postons à l’endroit le plus ouvert et le moins encombré du port, pour mettre toutes les chances de notre côté en cas de combat.
Les tarpons se donnent en spectacle, ils marsouinent jusque devant nos pieds. Mais malgré des lancers précis, ils ne semblent pas vouloir de nos leurres. Mathilde réussi tout de même à provoquer deux tapes, mais rien de franc. Toute notre petite sélection y passe : shad, finesse, stickbait, minnow… Nous insistons une heure sans trouver la clef.
Puis nous décidons de faire un tour le long d’un quai où quelques pêcheurs professionnels vident et écaillent leurs prises. En bordure, sous les bateaux, les « grandes écailles » rôdent, remuent la vase et attrapent des restes de poissons qui stagnent entre deux eaux. Je les regarde un long moment et une idée me traverse la tête, mais ici, je n’ai aucune chance d’en sortir un…
Quelques mètres plus loin j’aperçois une ouverture entre deux bateaux. Ni une ni deux je monte un shad impact 4″ sur un hameçon texan et lance dans l’intervalle. Le leurre tombe au ras de la coque et commence sa descente en planant. Soudain, un tarpon surgit, puis se retourne en un coup de caudale. Je garde mon sang froid et ne bouge pas. Le leurre est brassé par le mouvement du poisson et remonte en surface, puis réamorce sa descente. J’attends… je le laisse descendre comme un bout de viande … … comme espéré, le tarpon revient et gobe le morceau de plastique sans hésitation. Je balance un gros ferrage autoritaire, c’est parti !
Aie, c’est la que ça se complique ! Le rush est instantané, tout droit vers le milieu du port. Dans un premier temps, je ne peux rien faire, mon frein n’était surement pas assez serré. La tresse frotte sur les cordes de deux bouées, la casse semble inévitable…
Entre temps, j’ai resserré le frein, je peux enfin brider le poisson. Ce dernier revient dans l’axe. J’exerce une grosse pression sur la canne, qui ne bronche pas. Ce n’est pas encore fini, la tresse fragilisée pourrait rompre ou l’hameçon pourrait s’ouvrir. Mais ce n’est pas le cas. Après un dernier round musclé, le poisson se présente à moi, je le saisis par la gueule. Gagné !

Acte 2

De retour dans le lagon ce matin, sur notre kayak. La météo est excellente. C’est « pétole » et j’ai une revanche à prendre. En effet la semaine dernière, sur ce même spot, un joli « gran tekay » s’est décroché en ouvrant le triple de mon leurre. Mais ce n’est que partie remise. J’ai appris à relativiser à propos de la pêche de cette espèce qui est si particulière (au leurre). Au début, c’est dur. Puis on prend du recul, on se remet en question et on cherche des solutions.
Bref, nous voilà sur place. La faune aquatique s’éveille. Des thazards chassent en surface dans des bancs de petits poissons fourrage affolés. Mathilde en accroche un mais se fait couper net.
De mon côté, j’observe en faisant quelques lancers au large des zones de chasse.
J’utilise un casting jig, que je laisse descendre en planant tout en gardant un léger contact avec lui. C’est sur la dérive suivante que la touche intervient. Les coups de tête sont lourds et ne trompent pas, c’est lui que je cherche ! Je ferre en force, trois fois. La tresse se décale, il va sauter ! Un beau tarpon se présente à nous en effectuant salto. WOUUUUUUH … SPLASH ! Cette fois-ci, mon leurre est armé d’un hameçon triple renforcé. Le combat est lancé.
Le poisson sonde et donne un aperçu de toute sa puissance. La tresse est solide, le bas de ligne assez épais et j’ai confiance en mes nœuds. Allez, pour une fois, je suis équipé en conséquence. On ne s’affole pas, ça va le faire ! Il n’y a que la canne qui me laisse un doute. Je n’ai encore jamais accroché de si gros poisson sur la Benkei.
Cette dernière me rassure tout de suite ! Elle me permet de contrer sans problème le premier rush. En moins de cinq minutes, la bête se présente déjà en surface. Elle est magnifique, sa robe d’argent scintille sous le soleil.
A partir de là, je sais que cela va se compliquer. Je ne me donne pas d’autre choix que de l’attraper à la main. Nous avons l’épuisette mais si il y rentre il va s’abîmer à coup sur. Première tentative, je tends le bras en sachant pertinemment qu’il va repartir. Ça ne loupe pas, la queue fend l’air et frappe violemment la surface. Le revoilà au fond.
Après une belle lutte, le poisson se présente à nouveau. Cette fois-ci, j’arrive à glisser le pouce entre ses mâchoires. Mais il me repousse une deuxième fois et replonge dans un rush dévastateur. La scène se répète peut-être quatre ou cinq fois. Mais la canne encaisse parfaitement.
Finalement, je réussis à le sécuriser. Le combat aura duré une quinzaine de minutes. C’est un soulagement. Nous restons bouche bée devant la beauté de l’animal.

canne baby tarpons

La canne Major Craft BIS-66MH/FLE 7-28g est une superbe découverte. Elle convient aussi bien pour les pêches à gratter que pour animer des casting jigs ou des poissons nageurs. Nous l’avons testée depuis une petite embarcation ou du bord en zone encombrée. Courte, nerveuse, sensible et dotée d’une excellente réserve de puissance, elle relève parfaitement le défi de la pêche du baby tarpon au leurre.

Ecrit par Paul.