Skip to content

Mais c’est quoi le Shore Jigging…. ?

Par Dydy le Souple, le 1 octobre 2020

Le shore jigging est une technique de pêche, qui se pratique du bord de mer depuis des falaises, des digues, ou même depuis une plage comme par exemple à sur la côte Atlantique sud ouest.

Cette technique consiste à lancer des casting jig de 20g à 100g, mais en général on est sur des jig de 50g et 60g. 

 Pour cela, il faut une canne d’une bonne longueur, entre 2,80 et 3,30 avec une puissance pouvant aller jusqu’à 80-100 grammes. 

Pour le moulinet, un 5000 ou 6000 en fonction du modèle et de la marque, pour avoir une bonne contenance pour y mettre  300m de PE 1,5 à 3 (0.200mm-0.280mm) voir plus selon l’espace recherché. Un moulinet avec un ratio élevé de 80cm à 110cm par tour de manivelle.

 

Cette technique vous permettra de faire des espaces habituellement réservés aux pêcheurs en bateaux, tel que les Pélamides, Bonites, Thonines, Maquereaux espagnols, Sériol, Barracuda, Loup, Pagre, Denti et pleins d’autre surprises.

La saison du Shore Jigging a débuté, nous sommes le vendredi soir, l’envie de me retrouver sur les rochers me démange.

 

L’heure est à l’inventaire :

  • JIG : Jigpara et semi-long, en 40g, 50g et 60g.

(Les jig sont des imitations de poissons faits à partir de plomb avec un revêtement brillant pour un maximum de flash lumineux, une forme qui vous permet de les lancer super loin et qui papillonne une fois dans l’eau.)

 

  • Assist Hook : Vanfook JL-45 #1/0, JL-45 #2/0 et JST-44 #2/0.

(Les assist hook c’est l’armement du leurre (jig), des hameçons simple montés sur une tresse plus ou moins épaisse  d’une très grande solidité, les assist peuvent êtres montés en tandem ou avec un simple hameçon.)

 

  • Moulinet : ATC Virtuous 5000.

(garnit de 300m tresse Varivas  Avani jigging power Braid ×8 PE1,5, suivi de 2m de Varivas fluoro carbon 100% en diamètre 0,37mm pour .)

 

  • Canne : MajorCraft Crostage 962MH.

(cette canne à était conçu pour le shore jogging, d’une longueur de 2,90m pouvant lancer des leurres et jig de 40g à 80g, action regular.)

 

  • Encore deux ou trois leurres durs (poissons-nageurs).

(Pourquoi des poissons nageurs ? Tout simplement car parfois faut savoir être opportuniste, je les utilise avant le levé du jours pour essayer de piquer un barracuda ou un loup qui serait entrain de chasser près du bord, mais pas seulement, il arrive aussi que les pélamides répondent bien aux leurres durs. J’utilise énormément les leurres de chez Jackson, Athlètes 17FSV, SS14, SS12 ou l’Artist 180.)

 

C’est bon, j’ai tout ce qu’il me faut. Il me reste donc à relier mon bas de ligne à ma tresse avec un nœud FG. J’aime énormément ce nœud car il est extrêmement résistant et passe à merveille dans les anneaux, petit bémol il faut un peu de pratique pour le réaliser avec facilité.

Paramétrage du réveil… Aiiiie ça va piquer !! Bonne nuit à tous.

 

Le réveil sonne ! Un café et c’est parti. Sac sur le dos, canne à la main, direction la voiture. Après quelques dizaines de kilomètres, me voilà presque arrivé sur le spot, encore un petit effort qui fait du bien… Une randonnée nocturne à la fraiche.

Me voilaaaaaaaaaaaaaa sur le spot !!!  J’ai une heure devant moi avant le lever du jour, j’en profite pour monter mon moulinet ATC sur ma fidèle Crostage, s’ensuit le passage du fil dans les anneaux, puis je relie mon émerillon Rolling à mon Fluoro, et je placerais ensuite l’anneau brisé de mon JIGPARA.

 

Je suis prêt au largage de mon Jigpara.

 

 

Le premier lancer se fera en délicatesse, afin de mouiller ma tresse et de la retendre,

 

Maintenant je suis prêt à catapulter mon jig le plus loin possible entre 50 et 100 mètres. Le premier rayon de soleil arrive, et c’est parti pour 3h de jigging intensif.

Les 10 premiers lancers ne sont pas en ma faveur, je ne désespère pas… J’insiste, j’accélère mes animations, je ne suis plus sur des animations verticales mais horizontales, avec des grandes tirées.

Quelques minutes plus tard, cela s’avère efficace.  Première touche enfin … premier blocage.

Un ferrage généreux, un sourire qui apparaît sur mon visage, le cœur qui s’emballe, et le frein du moulin qui rentre en jeu.

Je me reprends aussitôt car maintenant il faut assurer le combat pour éviter de la décrocher. Après quelques minutes de combat, j’arrive enfin à lui sortir la tête de l’eau. Ni une ni deux, je déplie l’épuisette (MajorCraft landing Solpara 4m).

BOOOOM, un panier à 3 points … Même TONY PARKER n’aurait pas pu comprendre ma joie ! Un poisson pris dans les arrêts de jeux.

LA CLE DU SHORE JIGGING : NE JAMAIS BAISSER LES BRAS !

 

C’est le moment d’immortaliser cette superbe Pélamide, qui aura rendu un pécheur heureux et qui aura bien mérité de retourner dans son élément.