Skip to content

Ma boite de pêche pour le bar

Par Hugo Leybac, le 26 octobre 2021

Je vais vous présenter ma boîte de leurre spéciale bar tout en vous expliquant ma réflexion sur le choix des leurres. Il est vrai que la pêche offre une multitude de situations plus ou moins prévisibles, auxquelles il faut trouver une solution pour sortir son épingle du jeu. En l’occurrence, avoir une boîte de leurres bien construite permettra de gagner du temps sur la recherche d’un pattern tout en ayant la capacité de répondre à une circonstance exceptionnelle.

Les différents types de leurre et les variantes

Il faut visualiser au préalable 4 axes de pêche en fonction de l’évolution du leurre : surface, sub-surface, mi-profondeur et sur le fond. Chacun des axes aura son type de leurre :

  • En surface : les leurres de surface
  • En sub-surface : les poissons nageurs
  • En mi-profondeur : les leurres souples
  • Sur le fond : les leurres souples

Pour chaque type de leurre, il y a plusieurs variantes avec leur propre animation. Par exemple pour les leurres de surface il y a les poppers ou les stickbaits.

Ensuite, vous avez différentes variables extérieures qui vont influencer la pêche, telles que les conditions météorologiques, la saison, la présence d’encombrements, des différents poissons sur la zone, le type de fond, le cycle lunaire etc.

Cela se traduit notamment par une couleur sur un leurre ainsi que l’animation. C’est pourquoi il est important d’avoir différentes couleurs pour un même leurre. Je cible 3 variantes avec du naturel, du flashy et du blanc. Sans oublier certaines déclinaisons en UV ! Nous aborderons plus tard en détail le sujet de la couleur.

La sélection des modèles

Maintenant, nous savons qu’il faut plusieurs types de leurre ainsi que plusieurs variantes, ce qui va nous aider à faire une sélection. Connaître vos spots de pêche va permettre de pondérer votre sélection bien entendu. Tout comme votre ou vos leurres fétiches auront une place dans votre boîte. A fortiori, nous faisons toujours du poisson avec nos leurres fétiches car ils occupent une part très élevée dans le temps de pêche. Le parallèle est simple avec l’inverse, nous ne faisons pas de poisson avec les leurres qui restent dans les boîtes.

Après, c’est en fonction de chacun de choisir le nombre de leurre à mettre dans sa boîte. Personnellement, je crapahute beaucoup, un sac léger me donne de l’aisance et me fait gagner en endurance. Et quand on trouve le pattern, on ne change pas de leurre.

Pour les leurres de surfaces, j’ai choisi 3 leurres :

  • Le Debu Nyoro 85 de chez Jackson, un stickbait coulant qui a la particularité de ne pas être bruiteur. Il se lance loin. Malgré une animation plus compliquée à réaliser, c’est un vrai aimant à carnassier.

  • Le Big Stick ou le Little Stick de chez Ima lure, un hybride stickbait/popper

  • Le Chihuahua 90 de chez Lunabait, un leurre de surface walking the dog avec une bonne sonorité et une animation très simple à réaliser.

Pour les leurres de sub-surface, j’ai choisi 3 leurres :

  • L’Artist 95 HW de chez Jackson, un leurre récemment arrivé qui est juste monstrueux aussi bien en termes de distance de lancer, que d’animation et de tenue dans les courants. Le choix des couleurs est vraiment top.

  • Le Meteora 110 SP, un leurre un peu plus haut qui va évoluer un peu plus profond que l’artist et qui va être plus massif dans l’eau, je préfère l’utiliser quand les mulets sont présents sur une zone. Il va avoir une nage plus serrée.

  • Le SM-135S de chez Babyface, un leurre atypique qui fait des petites merveilles. Il se lance très loin, il accepte différentes animations et nous pouvons le faire nager à la profondeur que l’on souhaite. Il est particulièrement efficace quand il y a quelques rayons de soleil.

Pour les leurres mi-profondeur ou fond, j’ai sélectionné 2 leurres souples :

  • L’Easy Shiner de chez Keitech, avec 3 tailles, le 4’’, 5’’ et 6,5’’. Il faudra adapter la taille en fonction des poissons fourrages présents sur la zone. Un leurre que j’affectionne particulièrement et qui est très régulier dans les saisons. Avec une caudale qui s’enclenche sur la moindre sollicitation, un choix de couleur large et un attractant bien dosé, c’est un must have.

  • Le TT Shad de Baitbreath, un leurre plus trapu que le Easy Shiner mais surtout avec une gomme plus dure. Ce qui est vraiment parfait pour les zones avec du courant. Le petit plus va être la caudale en triangle, ce qui va apporter une différence dans les vibrations et être plus attractif sur des zones avec une forte pression de pêche. Je prends le 4,8’’ et le 4’’.

Ce qui va changer entre les leurres pour pêcher sur le fond et mi-profondeur va être la forme de la tête plombée et le poids. Globalement, il faut privilégier des têtes sabots pour le fond et pointues pour la mi-profondeur. Les têtes rondes seront passe-partout.

La sélection des couleurs

Concernant les couleurs, je suis partisan d’en avoir au moins 3 ! Le vert, le bleu et le blanc.

Toutes les nuances de vert comme le ayu par exemple pourront rappeler les lançons, maquereaux… Le bleu pourra être identifié comme une sardine. Et le blanc comme un sprat. Bien entendu, nous sommes d’une certaine manière dans du subjectif mais pour mieux tromper la méfiance d’un carnassier, il faut s’adapter. Il ne faut pas oublier quelques couleurs qui sortent de l’ordinaire comme du jaune, le noir etc. Néanmoins, ces couleurs plus flashy ne doivent représenter que 15 ou 20% de votre boîte.

Je vous conseille d’avoir plusieurs gammes de couleurs différentes. Comme un bleu avec ou sans paillettes, avec ou sans UV, monochrome ou non etc. Le but est d’avoir un panel de couleurs dans différents leurres sans pour autant augmenter le nombre de leurre.

Personnellement, ma boîte est composée de 2 couleurs pour chacun des 3 types de leurre de surface soit 6 leurres au total. Idem pour les leurres de sub-surface.

Pour les leurres souples, j’ai 3 couleurs différentes pour chacune des tailles. Soit 5 tailles au total et je les prends toujours en doublon. Soit, 30 leurres souples. Pour être prêt lors des sessions, je vous conseille de coller les têtes plombées directement. Vous gagnerez du temps lors de la partie de pêche. Et pour les doublons, prévoyez de la colle au cas où le pattern est bien défini.

Nous arrivons à un total de 42 leurres dont 12 leurres durs dans ma boite de pêche pour le bar. Si vous êtes plutôt joueur, quelques jig métal comme les jigpara de chez majorcraft peuvent être un bonus sur des chasses à longue distance. Rajoutez une boîte avec fluoro-carbone, pince, ciseaux et quelques têtes plombées et vous êtes prêt !