Skip to content

La pêche du bar du bord

Par Hugo Leybac, le 1 juillet 2020

Le bar va commencer, petit à petit, à rejoindre la côte en quête de nourriture. C’est l’opportunité de le pêcher du bord. Plage, digue ou côte rocheuse, il est important d’avoir un matériel adapté pour optimiser ses résultats. Dans la majorité des cas, lancer loin est un avantage mais l’animation scrupuleuse des leurres l’est aussi.

Le Matériel

 

La série des Zenaq snipe avec notamment la S78XX et la S86XX présente des avantages pour traquer des bars. Légères, précises et rapides sont assurément la combinaison optimale pour l’animation des leurres. Que ce soit pour les minnow ou stickbait, les snipe vont permettre d’utiliser toute la technicité des leurres pour tromper les poissons. Je les utilise principalement pour les pêches précises entre les rochers aux leurres durs ou au bord des plages pour gratter aux leurres souples. Avec un moulinet de taille 3000 soit environ 250gr, vous aurez un combo léger pour pêcher sans modération.

Cependant, il m’arrive d’augmenter la taille des leurres pour chercher les plus gros bars. Pour cela, les défi muthos sont incroyables ! La canne Out Range 93 me permet de pêcher avec des leurres plus conséquents mais aussi gagner en nervosité pour déclencher les lunkers. Sa longueur me fait gagner en distance de lancer tout en ayant un confort dans le combat de beau poisson. De plus, sa longueur va m’offrir un contrôle indispensable du poisson quand il faut descendre des bordures rocheuses. Couplé à un moulinet de 350gr environ, vous obtiendrez un ensemble équilibré tout en gardant un confort pour les longues sessions.

Si vous avez besoin, comme moi, de lancer du lourd et chercher les problèmes, c’est alors la Mid Game 96 power qu’il vous faut ! Un bar de 60 est largement capable d’attaquer des proies de plus de 25cm. C’est pourquoi la pêche du bar en « bigbait » est possible grâce à cette canne. La longueur permet d’avoir un levier suffisant pour propulser de gros leurres tout en gardant la sensibilité et la souplesse pour prendre du plaisir avec un poisson de taille correcte. Pour avoir un ensemble à l’épreuve des plus gros bars, un moulinet de  450 n’est pas à négliger.

 

Les leurres

 

Quand les bars chassent en surface, les topwater sont jouissifs ! Sur une zone de chasse restreinte par mer calme, je vais utiliser des popper. Le Jackson Kaiken popper fait très bien le travail. Des finitions sublimes pour aguicher, Maître brutus en comptant 2 à 3 secondes par pop suffisent. Si la zone de chasse est étendue, et que la mer est agitée ou non c’est alors que je sors le Lunabait chihuahua. Plus la mer est agitée et plus je ferai des pauses. C’est un leurre qui s’anime parfaitement aussi bien rapidement que lentement. Un atout indispensable pour faire plier du carbone ! Il existe un autre leurre qui combine stickbait et buzzbait, le Bone Hoverjet… Je l’utilise quand la mer est plate et plus particulièrement pour faire la différence sur des poissons plus méfiants.  L’avantage de ce leurre réside dans sa capacité à se transformer en buzzbait rapidement pour éveiller la curiosité des poissons.

Quand les bars ne chassent pas en surface, ils peuvent être en maraude et attendre qu’une opportunité d’un petit festin se présente. C’est à ces moments que j’utilise principalement la gamme des Artist de chez jackson. La taille 105 permet de ne pas cibler une taille de poisson et est donc très polyvalente. Si l’eau est trouble, je vais utiliser un leurre moins connu mais qui fait certainement la différence, le Jackson Surf glide ! Une nage poussant un volume d’eau assez important et qui est facilement détectable par nos partenaires de jeu. Pour trouver la bonne animation, je vais prospecter méthodiquement. En commençant par un lancer-ramener rapide puis moins rapide et pour finir plus lentement. Si les résultats ne sont pas concluants, je vais alors recommencer en rajoutant des pauses plus ou moins longues. Si alors il n’y a toujours pas de résultat, je vais alors ramener mon leurre à vitesse raisonnable en incluant des jerks, des pauses assez longues et alterner avec un peu de linéaire. C’est une animation qui va déclencher les réflexes de chasseur quand les poissons ne sont pas voire peu actifs.

 

La recherche du labrax est aussi technique en leurre souple. Sur le fond ou entre deux eaux il faut parfois trouver le bon leurre pour les déclencher. Je vais utiliser 3 leurres qui répondent à mes attentes. Le Easyshiner de chez Keitech va avoir la particularité de déplacer peu d’eau et donc de tromper plus facilement la méfiance des poissons. Son attractant et sa souplesse jouent un rôle prépondérant qui se termine par un coffrage en règle. Ce qui évite aussi d’abimer le leurre pour juste un seul poisson. Ce leurre est un must have pour le linéaire et toutes les pêches à gratter. La pêche à la volée peut être une solution pour enregistrer des touches. C’est alors que le Keitech Swing impact fat va être génial ! Il va pousser beaucoup plus d’eau et donc descendre plus doucement afin d’attirer les bars. Une des révélations que j’ai eu fin d’année dernière sur les leurres souples est l’utilisation du Eastfield tomcat en 18cm ! Un leurre à brochet qui sait se distinguer sur les bars. Sa morphologie étroite et sa caudale volumineuse permettent de l’animer facilement. Redoutable quand il s’agit de pêcher à la volé proche du fond. Sa gomme ferme alliée à une finition époustouflante lui rajoute un petit plus pour traquer les très belles pièces.

 

Vous avez à présent toutes les cartes en main pour réussir au mieux vos prochaines session.