Skip to content

En attendant l’ouverture du carnassier

Par Romain Poulin, le 25 avril 2022

On ne va pas se mentir, la Touraine est plus connue pour ses châteaux que pour ses rivières à truites. Alors passé les deux ou trois sorties dédiées à la truite, l’attente de l’ouverture se fait sentir. Heureusement les beaux jours revenants, la LOIRE baisse, s’éclaircie et se réchauffe, de quoi mettre les barbeaux en activité, entre autres.

L’INDRE ET LOIRE bénéficiant d’une réglementation autorisant la pêche avec des imitations de larves (renseignez vous de la réglementation dans votre département) et la météo clémente me donne l’envie d’aller voir comment est la LOIRE.

Préparation du Matériel

Un coup d’œil vers le râtelier de cannes, un peu de réflexion et c’est finalement la TROUTINO qui est choisie. Avec ses 2,05 mètres pour une puissance de 3-12 grammes, la TROUTINO 682ML/FLE a toutes les caractéristiques requises pour ce genre de pêche. Et même si j’ai déjà pris avec quelques truites et perches, j’aimerai vraiment toucher un gros poisson afin de voir ce qu’elle a dans le ventre.

Un petit moulinet taille 2000 rempli de la nouvelle tresse MAJOR CRAFT, la DANGAN BRAID X en PE 0.6. La encore rien a redire, la tresse ne vrille pas, glisse bien et est silencieuse. Un point important également, sa couleur rose fait qu’elle est bien visible. Je pêche en PE 0.6 seulement en début de saison quand l’eau est encore fraiche. L’été je préfère pêcher en PE 0.8 pour écourter les combats, le barbeau est un poisson qui se bat jusqu’au bout et un combat trop long dans une eau chaude peut leur être fatale.

Coté leurres, inutile de se charger trop : deux trois pochettes de DIVING BUG de FISHUP autant de pochettes de TANTA 2,5 de la même marque, quelques hameçons texan VANFOOK, une bobine de Dangan Fluoro en 8lbs et une pince devraient suffire à passer la journée

Une session sur la Loire

Trois minutes de voiture et me voilà sur le spot, un trou calme suivi d’une succession de radiers abritant une belle population de barbeaux.

L’eau est légèrement piquée mais la visibilité est bonne, une DIVING BUG 045 un peu sombre me parait idéale. Une balle tungstène, un stop float et un hameçon texan VANFOOK WORM 35B, le montage est basique mais efficace.

Le soleil est déjà haut, les lunettes polarisantes seront d’un grand secours pour débusquer mes adversaires du jour. Il ne faudra d’ailleurs pas longtemps avant d’apercevoir un chevesne de belle taille en balade. Le lancé dans sa direction n’aura d’autre effet que de le faire fuir.

Alors que je le cherche des yeux, une belle perche passe dans mon champ de vision. Je dépose mon montage sur son chemin et la belle rayée ne se fait pas prier pour gober mon leurre.

La pêche à vue est une pêche opportuniste, il faut savoir prendre ce qu’il se présente !

Je décide de prospecter le trou voir si d’autres perches ne s’y trouveraient pas mais à part une coupe, rien d’autre.

Il est temps de remonter les radiers à la recherche des barbeaux. Une fois encore, il ne faudra pas longtemps avant de repérer un poisson fouillant le fond. La précision est de mise, la dérive est parfaite et le poisson se saisit du leurre. Ferrage appuyé, le rush est puissant et le combat est un régal. La TROUTINO encaisse les coups sans broncher, pourtant je ne la ménage pas !

Les barbeaux sont nombreux mais difficiles à décider. Heureusement les chevesnes montrent le bout de leur nez pour mon plus grand plaisir. En alternant DIVING BUG et TANTA quelques jolis représentants de leur espèce viendront me saluer.

Même si la DIVING BUG est un leurre imitatif (larve de libellule) et qu’il ne nage pas à proprement parler, il n’en reste pas moins très efficace sur tous les poissons, même les brochets se laissent tenter par cette petite friandise.

Une belle journée pour lancer la saison de pêche en LOIRE. D’autres options que les carnassiers traditionnels sont possibles avant l’ouverture, profitez-en !