Skip to content

OUVERTURE DE LA TRUITE 2018 DANS LE PARC DU MERCANTOUR

Par Fabrice Perrot, le 28 mars 2018

Six mois, 25 semaines, 176 jours …tout ce temps à patienter, à réfléchir, à spéculer à rêver de cette ouverture. Cette longue période pour laisser à Dame Fario du repos afin qu’elle puisse se reproduire tranquillement et nous redonner du plaisir que seule cette pêche en vallons et petits ruisseaux peut nous procurer.

Notre terrain de jeu favori tout au long de la saison ce sont ces petits vallons secrets que nous recherchons avec de nouvelles découvertes chaque année. Ces petits ruisseaux magiques se jettent dans les affluents de nos rivières que nous avons dans le sud de la France. Ces paysages que seule cette région peut nous apporter, le parc du Mercantour, la vallée des Merveilles, les gorges du Verdon, que d’endroits magnifiques.

Début février nous décidons avec 3 amis Jérôme, Fred et Marc de faire cette ouverture dans la vallée de la Roya proche de la frontière italienne sa rivière, ses affluents, ses torrents et ses plus de 200 km de ruisseaux.

Pour cette saison 2018 le matériel qui m’accompagnera dans toutes mes sorties sera la Major Craft Finetail en 2/10g une canne aux finitions stupéfiantes et très nerveuse pour pouvoir animer tout ces petits leurres magiques qui rendront folle Dame Fario, un moulinet avec un ratio de 0,70 garni de tresse Varivas double cross en 6lbs verte avec en prolongement le Varivas Trout Shockleader en 4, 5 et 6lbs.

Mon sac et ses boites seront remplis de leurres Jackson
⁃ le célèbre artiste FR55 la nouvelle taille 5,5 en 4g devrait tout au long de la saison me procurer de belles surprises dans les torrents.
⁃ Le Kanade en 5cm 5g et 6cm 8g mon préféré, celui qui, les jours ou ces demoiselles seront plaquées au fond, arrivera à les attirer. Un Bijou !!
⁃ Le Trout Tune 5cm 6g, ce leurre passe partout un « sauve bredouille » dans les journées difficiles.

Le jour J approche nous décidons de partir 3 jours, il faut bien ça !! nous louerons un gîte non loin de notre terrain de jeu. A 1 semaine du départ, lors de nos briefings quotidiens pour pouvoir préparer notre périple et diviser nos secteurs en 2 binômes, la météo commence à nous inquiéter la vague de froid annoncée et les fortes pluies ainsi que l’énorme crue de la veille risque de rendre plus compliqué notre périple. Que faire ? C’est pas grave, nous l’avons tant attendu nous verrons sur place… Il faudra sans doute monter très haut dans la neige afin de trouver moins d’eau et surtout moins de courant.

Réveil 3h du matin et 2 heures de route plus tard nous commençons à percevoir la rivière, plus de doute ça va être très compliqué voir même impêchable car la crue est trop forte, la déception est palpable ce n’est pas dans notre habitude de baisser les bras il faut chercher, bien réfléchir. Direction le haut de la vallée à 1900m pour voir… et être très déçu une nouvelle fois. Qu’est ce qu’on fait on change de vallée ou on persévère ??
Au passage d’un petit pont, un affluent de la rivière un joli torrent à l’air praticable, l’eau pas trop teintée mais surtout sans trop de courant, assez haute tout de même par rapport à d’habitude. Aller c’est parti on s’équipe, on se couvre, il fait froid on monte nos lignes. Deux ferons le parcours du haut et Marc et moi celui du bas.
Quatre heures plus tard le résultat est sans appel, 2 jolies demoiselles, certes de taille honorable mais c’est tout !!! Donc retour au gîte au chaud pour faire le point.

Notre longue soirée autour d’une fondue et de quelques bouteilles de vin sera l’occasion d’essayer de trouver une solution, changer de vallée? Ou rester et espérer la décrue annoncée, mais sans trop de convictions…. nous verrons bien à l’aube.

Je me réveille motivé, sur motivé, il faut trouver quelque chose…Nous ressortons les cartes à la recherche du « Graal » notre choix s’arrête sur une cascade de 60m ou l’année dernière je n’avais jamais pu trouver le chemin pour la contourner et accéder au ruisseau. Nous trouvons enfin ce dernier mon binôme est perplexe, il ne s’équipe pas, me laisse partir en éclaireur et m’observe.

Quatre lancer plus tard et deux petites truites de souches le décideront et nous motiverons comme jamais. Une belle découverte avec des paysages uniques, des trous certes petits mais tous les 20 m une succession de postes , de launes, de petites cascades. Tout est là et Dame Fario est de sortie, elles sont actives, quatre heures plus tard et un dénivelé de de plus de 400m avec pas moins de 25 poissons nous rentrons. Nous avons enfin la solution:les petits ruisseaux, vivement demain !!

Pour ce dernier jour, nous changeons de vallon et nouvelle prospection sur un ruisseau qui augure pleins de promesses aux beaux jours. Une grande marche d’approche et la même surprise que la veille, les demoiselles sont de sorties et quel endroit !! On en prend pleins les yeux et pleins les bras, les prises se succèdent, des robes exceptionnelles et une truite de 43 cm viendra clôturer ce parcours de rêve.
Sur la route du retour notre esprit est déjà tournée vers la semaine d’après et de nouveaux vallons secrets.