Skip to content

Les SLOW dansent en EXO

Par Jordan Decomps, le 21 novembre 2017
  • Le Slow Jigging : Une arme redoutable pour les séjours exotiques !

Ça y est je viens enfin de redescendre de mon petit nuage sur lequel m’avait perché mon premier voyage de pêche exotique et je peux vous dire que ça m’a totalement retourné le cerveau.
C’est en direction du Cap Vert que mon avion a décollé et plus précisément sur l’ile de Santo Antão . Situé au large du Sénégal, le Cap Vert est une archipel volcanique connus pour ses grands marlins et autres poisson à rostre qui font fantasmer tant de pêcheurs. Il se révèle être aussi une destination de choix pour la pratique du Slow Jigging !!!

Notre terrain de jeu !
Animation "High pitch"

Tout droit venu du pays du soleil levant, et oui encore eux, le slow jigging est une technique bien différente du jigging dit « classique » où l’on secoue de gros jigs pouvant peser jusqu’ à 300 grammes avec des ensembles lourds ce qui demande une très bonne condition physique si l’on veut pêcher longtemps. La pratique du Slow jigging requiert une gestuelle beaucoup plus lente et demande l’emploi de matériel bien plus léger ainsi qu’une approche beaucoup plus technique et subtile.

  • Il existe trois animations à bien maitriser.

La première est le slow pitch. C’est une série de tirées courtes (de 10 à 20 cm) exécutée à un rythme lent. La récupération au moulinet s’effectue à la traction à raison d’un demi-tour de manivelle par tirée.

La seconde quand à elle un petit peu plus différente,  il s’agit du High pitch. Cela consiste à imprimer des tirées de plus grandes amplitudes où la canne est levée vers le ciel doucement et progressivement. La récupération cette fois-ci est d’environ un tour de manivelle par tirée.

Et pour finir le Long fall. Là le scion est rabattu violemment vers l’eau. On l’effectue souvent après une série de High pitch afin de laisser brusquement redescendre son jig qui virevoltera dans tous les sens ce qui ne manque pas de très souvent déclencher l’attaque.

J’ai choisi de partir avec une canne dont un ami à moi m’avait fait des éloges : la Major Craft giant killing Slow Pitch B64/5 SP. Cette canne est montée sur un blank capable de supporter des jigs allant jusqu’à 180 grammes et arbore de très jolies courbures lors des combats tout en ayant une belle reserve de puissance. Elle m’a d’ailleurs permis de stopper plusieurs Almaco jacks survitaminées. En bref c’est surement l’une des meilleures canne Slow Jigging sur le marché.

Almaco jack pris lors d'un Long Fall

J’ai aussi pris une petite sélection de Slow jigs de grammages et couleurs différents afin de pouvoir pallier à toutes mes conditions de pêche. Nuls besoins d’avoir une caisse remplie de jigs lorsque seulement quelques-uns suffisent .
La gamme Jigpara Slow Type produits par Major Craft répond parfaitement aux conditions de pêche auxquels je risque d’être confronté. La déclinaison de poids de 100,120, 150 et 180 grammes m’ont réellement permis de pêcher les têtes de roches et autres spots profonds.

Les trois couleurs bleu, blanc et rose sont très largement suffisantes et les poissons de cet archipel volcanique n’en ont fait qu’une bouchée de jour comme de nuit. À noter que les couleurs blanche et rose possède un revêtement Glow, une arme redoutable lors de nos pêches nocturnes.

 

Les carangues en étaient folles
Ce Goraj aussi s'est laissé tenter par quelques slow pitch ;)
Magnifique mérou fraise aussi appelé Garopa

Et pour finir le dernier avantage du Slow Jigging c’est sa capacité à capturer un très grand nombre d’espèces de poissons. On ne sait jamais sur quoi on va tomber et les poissons peuvent parfois vous surprendre par leurs beautés.

Alors si comme moi vous partez en Exo, vous vous devez d’emmener un petite ensemble Slow dans vos bagages.